Vous êtes ici : Accueil > Le lycée > Locaux > Discours d’inauguration - 3 février 2010
Publié : 28 mars 2011
Format PDF Enregistrer au format PDF

Discours d’inauguration - 3 février 2010


Le 03.02.2010 à 11.30 Inauguration du lycée des métiers Jules Le Cesne M. le sous préfet, Me le Recteur, M. le Président de Région, M. l’Inspecteur d’Académie (DSDEN), M. l’inspecteur d’Académie adjoint en résidence au Havre, Mrs les inspecteurs d’académie IPR, Me Mrs Les inspecteurs, Me Mrs les chefs d’entreprises, Me Mr les honorables parlementaires,( Me le premier adjoint du Maire du Havre )ou M. les maires et président des communautés de communes de l’agglomération havraise, Monsieur le président de la communauté de communes de Saint Romain de Colbosc, Mes et Mrs les élus, Mes et Mrs les chefs d’établissements et chefs d’établissements honoraires, Monsieur le Président du Greta, jeunes gens élus au Conseil à la Vie Lycéenne et au Conseil à la Vie des Apprentis, Mesdames, Messieurs, Chers Amis, Monsieur Thierry Le Cesne dont le trisaïeul n’était autre que Mr Jules LeCesne, Bienvenue au Lycée des Métiers Jules Le Cesne et merci de nous honorer de votre présence à l’occasion de l’inauguration du nouveau lycée. Comme vous avez pu le constater au cours de la visite, le lycée Jules Le Cesne a fait peau neuve dans les délais fixés par le Président en novembre 2008. Il aura fallu 200 000 heures de travail pour que ce bâtiment soit construit et ce sont 75 ouvriers venus du monde entier qui pendant 18 mois ont uni leurs efforts en plein soleil, sous la pluie, par des températures glaciales et dans les courants d’air pour que ce bâtiment soit livré. Je profite de ce moment pour vous présenter le nouveau logo du lycée et comme vous pouvez le remarquer, notre nouveau logo se présente avec des couleurs joyeuses puisque le bleu et le jaune orangé prédominent. Il vous est présenté par quelques membres de notre association sportive. Mr. Rouquette et le groupe communication sont les concepteurs de ce logo. Le 22 février 2010 sera le jour de notre 2° rentré scolaire de l’année 2009-2010. - S’en sera fini des traversées incessantes de la rue JL par des classes entières, par des personnels tirant des caddies bondés. - Derrière nous la distribution du courrier dans les 3 salles de professeurs dont l’une était distante de 4 kms. - S’en sera fini du temps où il fallait guider un parent qui voulait rencontrer notre infirmière, notre copsy, ou notre conseillère d’éducation dont les bureaux étaient situés à l’extrémité Sud du lycée. - Fini le temps où il fallait monter un étage, puis en descendre un autre pour trouver le CDI. Demain notre CDI sera au cœur du lycée, dans un endroit lumineux comme vous avez pu le constater lors de la visite. - Fini le temps où les apprentis ne pouvaient pas avoir accès à l’infirmerie, au bureau de l’assistante sociale et à la direction. - Fini l’époque où il fallait tirer un caddie contenant 30 kgs de clés pour ouvrir toutes les portes des bâtiments. Ce caddie est remplacé par cette clé unique !!!!!!!!! - Fini le temps où il fallait louer une salle de cinéma pour organiser la réunion de rentrée. - Plus besoin de prendre un véhicule pour aller remplacer une ampoule électrique ou pour aller animer un conseil de classe ou encore pour participer à une réunion au CFA. - Fini le temps où il fallait accompagner un Inspecteur à travers la ville pour rejoindre le futur inspecté qui piaffait d’impatience derrière le Fort de Tourneville. - Fini le temps où il fallait organiser la remise des diplômes sur 3 jours, faute de locaux suffisamment spacieux et convenables. - Fini le temps où il fallait tourner et tourner encore pour trouver une place de parking. L’unité de ce lycée se concrétise aujourd’hui, 60 ans après son extension, plus besoin de GPS pour nous orienter. C’est maintenant à travers l’histoire de 5 personnes en formation au lycée des métiers que je vais vous donner un aperçu de l’histoire du lycée, du présent du lycée et de ses espoirs. Julie, l’une des 530 lycéennes, se présente à la réunion de pré-rentrée, avec sa longue chevelure d’un blond vénitien. Elle porte une chaussette montante rouge, l’autre chaussette est noire, les chaussures sont également bicolores. Une plume dans les cheveux, un pantalon taille-basse, mais trainant parterre. Son envie de découvrir le monde tout en travaillant dans la restauration, pourrait la conduire en Australie, en Nouvelle Zélande où à Hongkong, mais auparavant elle veut passer un BTS. Marcel, l’un des 130 stagiaires du GRETA, âgé de 52 ans, doté d’une longue expérience professionnelle, mesure 1m80 et pèse 130 kgs. Son pantalon est relevé par des bretelles. Il me confie ( et je vous le livre en toute confidentialité) aimer la bonne table et envisage d’ouvrir un restaurant. Mais Marcel n’a pas de temps à perdre. Il veut que sa formation tienne compte de son expérience, il lui faut donc un menu (pédagogique) adapté à son profil.( pédagogique) Omar, 23 ans, l’un des 330 apprentis, est apprenti coiffeur et se présente les cheveux hirsutes, un débardeur trop court, des plumes sur la tête, des baskets aux lacets défaits. Il souhaite aller jusqu’au brevet professionnel, en passant par la mention complémentaire styliste-visagiste, pour achever sa formation de bac professionnel perruquier posticheur. Joy, une casquette vissée légèrement de travers sur sa tête pour être à la mode et les écouteurs collés aux oreilles, son visage et sa langue agrémentés de piercing, veut préparer un bac professionnel commerce pour s’orienter ensuite vers un BTS. J’oubliais de vous dire que pour venir au lycée, elle a fait l’acquisition d’un jeans, neuf, mais délavé et troué ( le coût des trous est bien sûr intégré à la facture !!!), les pans de sa chemise dépassant à l’extérieur du pantalon. Maxime, quant à lui, n’a pas toujours apprécié les bancs de l’école, bien qu’il ait des capacités. Il a souvent préféré faire la fête et se présente avec un béret, les bretelles pendantes jusqu’aux genoux et des rangers aux lacets jaunes. Une longue et élégante chaine pend et rejoins dans sa poche une montre à gousset. Il a présenté le baccalauréat qu’il n’a pas obtenu. Le lycée Le Cesne, dans le cadre de sa mission générale d’insertion, lui donnera une chance supplémentaire pour préparer un baccalauréat commerce. Il souhaite à l’avenir poursuivre sa scolarité à l’université du Havre pour obtenir une licence d’anglais. Au passage, vous aurez remarqué que le lycée remplit toutes les missions assignées par le ministère de l’Education nationale , à savoir : - une mission de formation initiale, y compris en apprentissage, - une mission de formation continue auprès d’adultes et - une mission d’insertion. Le jour de la rentrée de ces cinq personnes, nous leur raconterons brièvement l’histoire de Jules Le Cesne qui fut un grand négociant avant d’être élu député républicain au Havre. Il fut également élu conseiller général avec les voix des habitants du quartier de l’Eure, quartier dans lequel est implanté notre lycée aujourd’hui. Par ailleurs, il fonda le journal Le Havre et l’école de commerce. Pour en savoir plus, nous inviterons nos élèves à se documenter au CDI où ils pourront trouver le livre de Claude Malon, professeur honoraire du lycée JL. Nous leur dirons également que notre lycée a été fondé en 1880, à l’initiative de la ville du Havre et que 122 inscrites ont fréquenté le lycée de jeunes filles situé dans l’actuelle rue Anatole France. C’est en 1923 que la construction actuelle située au 99 rue Jules Le Cesne a été érigée. Après guerre, les effectifs augmentant, une extension de l’autre côté de la rue Jules Le Cesne est réalisée. Au cours du temps, le lycée JL est devenu collège d’enseignement technique, lycée technique, lycée professionnel et technologique et lycée des métiers en 2007. A cette même époque l’effectif s’est accru de 62%, avec l’arrivée des 330 apprentis de l’ex centre municipal de formation d’apprentis, basé derrière le Fort de Tourneville. Depuis 2007, ce sont donc 3 sites qu’il aura fallu gérer, tout en suivant les travaux du chantier. Je viens de vous présenter quelques aspects qui caractérisent le lycée des métiers. Je souhaite aussi mettre en évidence une partie du travail de ces jeunes, dont certains sont présents aujourd’hui, vous constaterez vous-même les transformations opérées dans le cadre de l’enseignement technologique et professionnel. Je ne vous décrirai pas leur difficulté à faire un nœud de cravate, à porter une chemise blanche et des chaussures noires à lacets. Au début de leur formation, il est étonnant de les observer se regardant marcher avec ce genre de souliers qu’ils n’ont jamais eu l’occasion de porter depuis leur naissance. Voyez comme ils sont à l’aise aujourd’hui dans leur tenue. Il est inutile de vous préciser la qualité du travail accompli par les professeurs pour obtenir ce résultat. Cet exemple nous montre les capacités d’adaptation de notre jeunesse et nous donne espoir en l’avenir. Trop souvent, on parle des exactions de nos jeunes, oubliant de mettre en avant les aspects positifs que nous montre pourtant la très grande majorité d’entre-eux. Au lycée Le Cesne, comme dans d’autres lycées, nos élèves et apprentis, chaque jour, face à la clientèle, se montrent irréprochables. Je suis fier de vous les présenter…………….. A travers quelques exemples je souhaiterai maintenant développer la dynamique actuelle du lycée : - Aujourd’hui, l’association sportive qui a fait son renouveau au cours des 18 mois écoulés, a repris ses activités. La perspective d’un lycée tout neuf n’est certainement pas étrangère à cette évolution. L’association envisage de participer au printemps prochain au trophée de la voile des lycées, initié par la région Haute-Normandie. - Par ailleurs, dans notre lycée la pratique de la mixité des publics se développe et il n’est pas rare de trouver dans un même atelier des élèves, des stagiaires de formation continue, voire des apprentis. - Il faut également remarquer qu’au cours de ces 2 dernières années, les échanges avec les pays européens se sont développés au travers des projets Leonardo et Coménius. Le bouquet final de ce projet qui aura duré 2 ans, se fera au lycée JL en 2011 avec la participation d’élèves et de professeurs belges, slovaques, polonais, allemands, portugais, bulgares et espagnols. - Il faut encore noter que le lycée entretient des relations de travail avec 650 entreprises du quart Nord-Ouest de la France. - Enfin, les indicateurs de réussite qui ont été fixés dans le cadre d’un contrat d’objectif avec Mme. le Recteur sont aujourd’hui tous au vert. Ce nouvel établissement doté d’équipements entièrement renouvelés par le Conseil régional, nourrit quelques espoirs pour permettre à Julie, Marcel, Omar, Joy et Maxime de trouver une insertion professionnelle au niveau de leurs ambitions. Le Proviseur et les personnels souhaitent une évolution des structures pédagogiques qui prendra en compte la mixité du public dans le cadre d’un BTS Hôtellerie, d’un BTS Commerce et d’un Baccalauréat Perruquier-posticheur en cours de création. Nous souhaitons également que l’environnement proche du lycée, soit à la hauteur de la qualité du bâtiment et que les élèves, les clients trouvent ici, dans un quartier rénové, un espace aéré où il fera bon vivre. Pour terminer, je souhaite remercier les collègues du Conseil Régional avec lesquels nous avons noué des relations étroites dans le cadre de la construction du bâtiment et de la commande de matériel. Je souhaite aujourd’hui remercier Me. Lebourg et M. Gibert, à la direction de l’enseignement, Mr. Mathi responsable de l’Unité IV, Me. Georges qui a dû valider des centaines de pages de commandes et Me. Théry attachée au suivi du chantier. Mes remerciements iront aussi aux deux jeunes cadres de la société SOGEA, en particulier à Mr. Lainé, jeune ingénieur qui a fait ses études au Havre, et M. Teixeira. qui avait la responsabilité du chantier. Je profite de l’occasion pour dire que ce chantier, qualifié de « propre » par tous les contrôleurs, a respecté des conditions de sécurité optimale, puisque nous n’avons eu à déplorer que deux accidents du travail bénins au cours des 18 mois de construction. Je souhaite bonne chance à Mr. Lainé et à son collègue pour la construction du nouveau stade du Havre dont ils auront la responsabilité. Je voudrai remercier les architectes, Me. FAURE, du cabinet des 2 Anges à Rouen, et Mr. LECHEVALLIER du cabinet ACAUM du Havre qui ont associé leur savoir-faire et mis en évidence les compétences des architectes Hauts-Normands. Je leur souhaite bon courage pour leur nouveau chalenge puisqu’ils prendront la responsabilité de construire un lycée de l’Hôtellerie en Basse-Normandie d’ici quelques mois. Je souhaiterai remercier tous les membres du personnel qui, en dehors de leur temps de travail, ont participé à de nombreuses réunions. Enfin je veux remercier mes collaborateurs directs, Me. GRANDSERRE, proviseure adjointe, qui tout en suivant le chantier, en gérant le quotidien du lycée, a dû (les initiés apprécieront), refaire les emplois du temps, la répartition des salles pour permettre la prise en charge des 330 apprentis non prévue au début de la construction…. et l’organisation de la vie scolaire, dans sa globalité. Me. GAUTHIER, gestionnaire agent-comptable, qui s’est préoccupée, entre autres, de la sécurité, de la gestion du nouveau matériel, de l’organisation du travail des agents et qui a dû contrôler, puis valider avec moi des centaines et des centaines de pages de commandes. Elle se souviendra, comme moi, de la confection de l’organigramme des clés Vachette qu’il a fallu revoir à 14 reprises avant de le finaliser. Dans ce bâtiment, 600 portes ont été posées !!!!!!!!!! A raison de 3 clés par porte, je vous laisse imaginer le travail qu’il a fallu accomplir !!!!!!!!!!! pour que chacun des 150 membres du personnel dispose des clés nécessaires. Enfin Mr. LEMAITRE, impliqué dès la conception du projet, a dû parallèlement à son activité dans l’ancien lycée gérer au nouveau lycée, l’aménagement et l’organisation des ateliers mode, coiffure, hôtellerie-restauration et hébergement, vente-commerce et pressing. Ces ateliers seront fréquentés par nos 10 000 clients et j’espère qu’après cette inauguration nous aurons l’honneur de vous compter parmi eux. En venant au lycée JL, et après avoir pris rendez-vous, vous pourrez déposer vos vêtements au pressing, fréquenter notre salon de coiffure, vous promener dans la boutique où seront exposés des vêtements, vous restaurer et enfin vous rendre dans la section vente-commerce pour régler une note modeste. Vous excuserez la présentation de ce dernier passage, je n’ai pas la fibre d’un « commercial ». Je voudrai apporter mes encouragements aux collègues qui, en plus du déménagement du lycée, doivent assumer le leur. Je terminerai mon propos en souhaitant aux milliers de jeunes et moins jeunes qui fréquenteront notre lycée, qu’ils suivent la voie de leurs aînés pour devenir responsables des ventes d’une grande enseigne, vice-présidente du conseil régional de Haute-Normandie, président d’une communauté de commune, enseignant et chef d’établissement dans l’Education nationale ou restaurateur en Australie, en Amérique, en Asie, et qu’ils continueront à donner au lycée JL la réputation qu’il a acquise au cours des 130 années de sa riche histoire. Je vous donne maintenant rendez-vous pour l’inauguration du gymnase du lycée, puisque l’étude de sa programmation va se concrétiser, le Président de Région ayant fait acquisition du terrain attenant.